KOSAPPY

KOSAPPY

KOSAPPY NEWS ! Pour vous tenir informé des nouveautés KOSAPPY ! 

KOSAPPY

Vous avez une question ?

Contactez-moi ! 

Faire grandir l'humain pour faire grandir votre entreprise. 

1 2 3

Le manager que j'aurais voulu avoir

11/01/2021

Le manager que j'aurais voulu avoir

Bonjour à tous, 

 

Pour ce nouvel article, j’ai souhaité traiter un thème auquel vous avez tous été confrontés à un moment de votre carrière : la relation que vous avez avec votre manager. 


Le titre de l’article est volontairement au conditionnel, car, effectivement, de toutes mes expériences je n’ai jamais rencontré mon manager idéal. Ce, qui après coup, me semble logique car le manager parfait n’existe pas … par contre, espérer un management « vraiment » humain me semble possible. 


En tant que CHO, j’ai bien conscience que sans managers impliqués et humains, les actions de QVT comme améliorer les espaces de travail peuvent paraitre bien futiles. Car, oui, la clé d’une démarche QVT reste les relations humaines. C’est une autre facette du métier de CHO : l’accompagnement des managers à de nouvelles méthodes de travail et pratiques managériales. 


Le management « bienveillant » apparait de plus en plus comme le nom que nous donnons à ce nouveau souffle managérial. Quelle est alors la définition derrière « management bienveillant » ? 


Cette question est relativement compliquée à synthétiser, car, c’est avant tout un état d’esprit plutôt qu’une méthode que l’on appliquerait pour obtenir une équation parfaite. 
Les fondamentaux sont pourtant très simples et vous rappelleront probablement ce que vos parents vous disaient lorsque vous étiez enfant « ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas que l’on te fasse ».

Ce qui se résume encore plus simplement par le respect, l’empathie et la générosité.


En pratique, cela suppose de laisser plus d’autonomie à vos collaborateurs dans leur travail. Qui dit, plus d’autonomie, dit forcément confiance. Attention, je ne dis pas qu’il faut laisser son équipe « se débrouiller sans contrôle » mais prendre en compte le besoin des collaborateurs pour les encourager à se réaliser de façon autonome dans leurs missions quotidiennes. 


Il est important de souligner que la confiance doit être mutuelle et peut être graduelle. Les managers doivent donner confiance avant de faire confiance. 


La conséquence positive d’une confiance réciproque est de renforcer le dialogue entre manager et « managé », et, par conséquent de mettre en place des prises de décisions plus décentralisées favorisant l’acception par tous. Mettre en place cette philosophie managériale ne veut pas dire que la hiérarchie n’existe pas, je pense d’ailleurs, qu’elle est nécessaire dans une organisation pour garder un cap stratégique cohérent. En revanche, elle donne l’opportunité aux salariés de s’épanouir plus librement autour d’un projet commun. 

 

Pour terminer cet article, quelques exemples concrets d’un manager bienveillant, du manager que j’aurais voulu avoir… que nous aimerions tous avoir ! Je suis volontairement sarcastique, mais, je peux vous dire que certaines situations s'inspirent de la réalité. 😉😅


J’aurais voulu un manager ponctuel, autant ponctuel qu’il me demandait de l’être car son temps n’est pas plus important que le mien. 
J’aurais voulu un manager poli, qui ne m’obligeait pas à venir le saluer tous les matins comme à la cour de Versailles alors qu’il n’écrivait ni « Bonjour » ni « merci » dans ses mails.
J’aurais voulu un manager qui mettent en avant mes idées quand elles étaient bonnes plutôt que de les mettre au nom du groupe ou de tirer la couverture à soi. 
J’aurais voulu un manager qui m’écoute sincèrement plutôt que de faire l’autruche. 
J’aurais voulu un manager qui partage plus les informations et fassent preuve de transparence pour ne pas me sentir mis de côté. 
J’aurais voulu un manager qui prenne le temps de me partager son savoir, son expérience afin d’améliorer mon travail quotidien. 


Les exemples ne manquent pas… être un manager bienveillant tous les jours à 100% n’est pas facile, nous avons tous nos humeurs, nos moments de moins bien mais ce n’est pas une excuse pour ne pas vouloir faire bouger les lignes.

C’est avant tout un travail de fond et un réel changement des comportements managériaux. 

 

Vous souhaitez un accompagnement de vos managers, KOSAPPY peut vous aider ! N’hésitez pas à me contacter sur hello@kosappy.fr 

Le sport votre allié QVT - La dynamique sport santé en entreprise

11/01/2021

Le sport votre allié QVT - La dynamique sport santé en entreprise

Bonjour à tous, 

 

Aujourd’hui c’est transpi ! (petite référence à Etienne de Quotidien) 


Combien de fois avez-vous entendu cette phrase de la bouche de vos parents/grands parents « Le Travail c’est la Santé ! » ou encore « Être à la retraite, c’est un pied dans la tombe » (youhouuu joie !). Pourtant les chiffres ne sont pas très positifs à cet égard, et la corrélation du travail et de la santé aurait plutôt une tendance inverse. C’est pourquoi, je vous propose comme sujet du jour : 

 

La dynamique sport- santé en entreprise. 

 

Tout d’abord commençons par la définition du mot « Santé » : La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. (définition de l’OMS).

En passant environ 7 à 8 heures par jour au travail, vous vous doutez bien que celui-ci a un impact direct sur notre santé. 


Jusqu’à peu, la notion de santé au travail était uniquement de la prévention de risques liés à une profession. Par exemple : « Risques d'entrée en contact avec un élément en fonctionnement sur une machine ». Mais, depuis quelques années, les mentalités évoluent et la notion de Qualité de Vie au Travail a commencé à voir le jour, et, avec elle, la problématique du sport en entreprise:

Comment l’activité physique et/ou sportive dans le cadre du travail peut prévenir les risques liés à la santé ? 


Faisons un point, sur ce que nous dit la loi :
-     L’entreprise doit prendre des mesures pour assurer la sécurité et protéger la santé mentale et physique de l'ensemble de vos travailleurs sur leurs postes de travail. (Site service-public.fr) 
-    Loi Rebsamen 2017 : Regroupement des négociations obligatoires en trois grandes thématiques : temps de travail et rémunération, égalité professionnelle et qualité de vie au travail et gestion des emplois. (Source : acms.info.fr) 
-    Une démarche volontaire : « L'Etat, les collectivités territoriales et leurs groupements, les associations, les fédérations sportives, les entreprises et leurs institutions sociales contribuent à la promotion et au développement des activités physiques et sportives. » (Source : legifrance.gouv  Article L100-2 code du sport)) 
-    Amendement Novembre 2020 : Un texte, adopté à la majorité, destiné à « exonérer de CSG (cotisation sociale généralisée) la mise à disposition par l'employeur d'équipements sportifs à usage collectif et le financement de prestations sportives par les salariés ». (Source : l’Equipe « le Sport en entreprise à nouveau encouragé) 


Alors, certes, nous avons encore beaucoup de progrès à faire mais le gouvernement semble donner une nouvelle dynamique sur le terrain de la prévention liée à l’activité physique. 


Pourquoi faut-il encourager les salariés à « bouger – bouger » ? 


-    Bouger pour se soigner et réduire les TMS (Troubles musculosquelettiques) : 
o    25% des arrêts de travail sont liés à des TMS (source : CPAM 2020) 
o    Plus de 8 millions de journée de travail perdues par an à cause des arrêts de travail dus aux TMS (source : IRBMS : Gestes et postures pour lutter contre le mal de dos et les TMS, 2019) 


Contrairement aux croyances collectives, il vaut mieux exercer une activité physique compensatrice et adaptée pour soigner vos TMS plutôt que de ne rien faire du tout ! 
De l’exercice couplé à un meilleur aménagement de l’espace de travail, des équipements mieux adaptés ou encore une meilleure gestion de temps (ex : pause régulière) permettront de soulager les TMS des collaborateurs. 


-    Bouger pour lutter contre la sédentarité 
o    Sédentarité : le fait d’être assis plus de 7h par jour. 


Vous vous êtes reconnus ?! 
« Le seul fait d’être assis plus de 3 heures par jour est déjà responsable de 3.8% des décès en France, toutes causes confondues » (source : observatoire nationale de l’activité physique et de la sédentarité) 


-    Bouger pour que ça continue à tourner rond là-haut (santé mentale) : 
o    L’exercice physique permet une meilleure gestion du stress, de l’activité mentale et réduit l’anxiété. 
o    La pratique du sport est une solution privilégiée par 52% des salariés pour gérer le stress (source : Malakoff Médéric Humanis) 

 

-    Bouger pour stimuler vos cellules grises 
o    « Quand on bouge, quand on entreprend quelque chose, il y a de fortes chances de se confronter à la nouveauté, ce qui nécessite dès lors une plus grande capacité de mémoire » (Dr Michael Nehls dans Guérir Alzheimer (Actes Sud))

 

-    Bouger pour booster vos défenses immunitaires 
o    Certaines cellules immunitaires dans le sang peuvent augmenter jusqu’à 10 fois pendant l’exercice physique. (Source : Etude de l’Université de Bath (RU), publiée dans la revue Fontiers in Immunity, avril 2018) 
o    Couplé avec une bonne alimentation, c’est le combo gagnant pour diminuer les arrêts maladies liés aux petites maladies hivernales par exemple. 

 

En résumé, un salarié en bonne santé serait un salarié plus performant. Si certaines entreprises avancent le coût du travail pour ne pas agir, voici quelques arguments : 


-    C’est un coup immédiat mais une rentabilité de long terme : 
o    Un salarié pour qui l’entreprise s’occupe de son bien être est un salarié plus engagé et donc plus productif  
o    La symétrie des attentions : des salariés heureux seront plus engagés à rendre les clients heureux 
o    L’esprit d’équipe : le sport permet de renforcer le socle social de l’entreprise et de rassembler autour d’une passion commune. 


Comment mettre en place des actions dans vos entreprises ? 


Contrairement aux idées reçues, ce genre de démarche ne doit pas être l’apanage des grands groupes. Des solutions simples et parfois gratuites peuvent être mises en en place en fonction des besoins de santé des collaborateurs. 

 

-    Encourager les pauses actives : 
o    1. Le collaborateur ne doit pas avoir peur de prendre une pause … 
o    2. Eviter de faire une pause pour vous rassoir à côté de la machine à café mais profitez-en plutôt pour marcher avec votre collègue de travail et refaire le monde.


-    Les réveils musculaires : 
o    1. Non… ce n’est pas qu’au Japon 
o    2. Faites-le en équipe ou en solo, en visio ou en face à face et pourquoi pas sur une petite musique pour dynamiser les cœurs ! 


-    Autoriser des horaires flexibles : 
o    1. Des Horaires flexibles pour permettre une facilité d’accès à l’activité physique 
o    2. N’oubliez pas … qui dit flexibilité, dit « avoir confiance » dans ses collaborateurs.


-    Sensibiliser et impliquer les collaborateurs : 
o    1. La première étape, c’est d’en parler. 
o    2. Des collaborateurs volontaires et eux même convaincus par les bienfaits du sport pourraient devenir vos ambassadeurs. 


-    Créer un évènement sportif : 
o    1. Soit en présentant une équipe à un évènement extérieur ou en créant votre propre évènement. 
o    2. Une équipe soudée dans la sueur peut faire émerger de grands projets 

 

 

Si vous souhaitez avoir d’autres idées et de l’aide pour la mise en place d’un projet QVT lié au sport, n’hésitez pas à me contacter sur KOSAPPY : hello@kosappy.fr 

Stop aux entretiens de recrutement qui consistent uniquement à donner les bonnes réponses

03/01/2021

Stop aux entretiens de recrutement qui consistent uniquement à donner les bonnes réponses

Bonjour à tous, 


Nouvelle semaine, nouveau sujet, aujourd’hui j’ai décidé d’aborder un sujet qui m’a directement concerné pendant ma période de chômage : l’entretien de recrutement ! 


Le sujet du jour : « Et, si, nous arrêtions les entretiens qui consistent uniquement à donner des bonnes réponses ? »


En préparant un de mes entretiens, j’ai pu lire les « conseils » de cet article Cadre Emploi #cadreemploi https://www.cadremploi.fr/editorial/actualites/actu-emploi/detail/article/les-34-questions-les-plus-courantes-en-entretien-dembauche.html


Autant vous dire, certaines suggestions de réponses m’ont laissé plutôt perplexes.

Je cite « Etes-vous prêts à faire passer les intérêts de l’entreprise avant les vôtres ? : Vous devez répondre oui. C’est un test pour savoir jusqu’où vous êtes prêt à vous impliquer dans la société, c’est-à-dire à prendre les choses sérieusement, et à remplir les objectifs de l’entreprise ». 
Je ne sais pas ce qui est le plus dérangeant, la « question », l’impératif du « vous devez répondre oui » ou la manière infantilisante du « c’est-à-dire à prendre les choses sérieusement ». Malheureusement, si Cadre Emploi écrit ce genre d’article, c’est parce que les entreprises veulent réellement s’attendre à ce genre de réponses. Je ne souhaite pas faire de généralités, car les tendances ont évolué depuis l’écriture de l’article en 2013, mais, des expériences que j’ai pu connaitre en 2019, nous étions très proches de cette réalité. 
Et, si nous arrêtions ce genre de recrutement où l’objectif est de trouver la « bonne réponse » pour « Qui veut gagner un job ? » et passer au palier suivant. 


Et, si, vous vous intéressiez plutôt au candidat, à qui il est vraiment, ce qu’il peut vous apporter afin de ne pas être déçu par la suite ? Et, si, en tant que candidat, vous aviez enfin la possibilité de vous projeter selon vos propres leviers de motivations ? 
C’est ce que propose le recrutement appréciatif, basé sur une technique de coaching « Appreciative Inquiry » : méthode de conduite du changement qui consiste en la résolution de problèmes non pas en trouvant les causes du problème mais en enquêtant sur les raisons du succès. 
Dans le cadre du recrutement, cela signifie, savoir si la personnalité est en adéquation avec l’entreprise et non pas si les compétences du candidat correspondent à tout prix avec le poste. 


En résumé, les 3 étapes consistent  
-    A comprendre qui est le candidat en l’invitant à raconter une expérience professionnelle positive. 
-    A comprendre l’entreprise, son ADN, ses valeurs, être transparent sur le poste à pouvoir et les conditions de travail. 
-    Echanger et valider si une collaboration est possible. 

 

Je vous mets ci-dessous, l’article de myRHLine, pour vous donner des exemples de questions susceptibles d’être utilisés lors de ces entretiens : https://www.myrhline.com/actualite-rh/3-bons-conseils-pour-vous-lancer-dans-le-recrutement-appreciatif.html. 


Si vous souhaitez en savoir plus sur la méthode, vous pouvez consulter le livre: « Le coaching collectif avec la méthode Appreciative Inquiry » de Jean Pagès.


Pour terminer, je résumerais l’entretien appréciatif par cette citation de David Cooperrider « Chaque entreprise, homme, système a quelque chose qui fonctionne bien, qui lui donne vie, est source d’efficacité et assure ses réussites ». Alors n’hésitez plus à repenser votre entretien et à le rendre humain et vivant !  

 

Le replay de mon webinar avec RH line arrive bientôt... vous y trouverez plus de détails sur les méthodes de recrutement alternatives.